ZICO Îles Sainte-Marie
La Romaine, Québec
Résumé de Site
QC065 Latitude
Longitude
50,303° N
59,684° O
Altitude
Superficie
0 - 15 m
86,23 km²
Habitats:
forêt de conifères (tempérée), arbustes ou brousailles, prairie naturelle, marais salant ou saumâtre, lac d'eau douce, haute mer, falaise côtière ou littoral rocheux, terrain rocheux ou dénudé
Usages:
Conservation de la nature et recherche
Menaces potencielles ou existantes:
chasse
Catégorie: significative au niveau mondial: espèce(s) grégaire(s), concentrations d'oiseaux aquatiques ou marins coloniaux, significative au niveau national: espèce(s) grégaire(s)
Status de protection: Refuge d'oiseaux migrateurs (fédéral), Zone d'intervention prioritaire (Québec)
Accès réservé pour les coordonnateurs des ZICO
Nom d'usager: Mot de passe:

Accès


Site mobile


Description du site
Les îles Sainte-Marie sont situées près de la rive nord du golfe du Saint-Laurent, non loin de la localité de La Romaine. Les limites du site correspondent à celles du Refuge d'oiseaux migrateurs des îles Sainte-Marie. Le site compte treize îles et inclut la zone marine qui s'étend sur 1 km tout autour de l'archipel. Les îles sont principalement couvertes de toundra, incluant plusieurs espèces arctiques-alpines et de lichens, ainsi que de conifères rabougris et d'arbustes parmi lesquels figurent le sapin baumier, l'épinette noire, le lédon du Groenland (thé du Labrador) et le myrique baumier. Des affleurements rocheux ainsi que plusieurs étangs d'eau douce composent le reste du paysage. On retrouve également un phare et deux résidences, qui sont occupées durant la saison de la pêche (d'avril à décembre), sur l'île de l'Ouest. Il est à noter que les eaux du secteur constituent une importante aire d'alimentation pour de nombreuses espèces de mammifères, telles que les rorquals bleu, commun et à bosse ainsi que le marsouin commun.
Oiseaux
Avec 14 espèces d'oiseaux nicheurs, le site s'avère l'un des plus riches en ce qui a trait aux colonies d'oiseaux à l'intérieur du golfe du Saint-Laurent. Toutes les espèces marines présentes dans le golfe, à l'exception du Fou de Bassan et de la Sterne caspienne, s'y sont en effet établies à un moment ou à un autre. Le site regroupe entre autres un nombre significatif au niveau mondial de Guillemots de Troïl et de Petits Pingouins. Le nombre de guillemots a augmenté à partir des années 70, atteignant un maximum de 25 308 oiseaux en 1993, ce qui représente plus de 2 % de la population de l'Atlantique pour cette espèce en Amérique du Nord. Le nombre de Petits Pingouins s'est lui aussi accru au cours des dernières années avec 3342 oiseaux recensés en 1993, ce qui correspond à 4,5 % de la population nord-américaine pour cette espèce. Ces deux espèces ont vu leur population augmenter à la suite de la création du refuge, ce qui est très appréciable compte tenu que ces espèces possèdent une aire de nidification restreinte dans le sud du Québec.

Le site abrite également un nombre presque significatif au niveau national d'Eiders à duvet (s.e. dresseri), avec 599 et 628 couples à avoir été dénombrés respectivement en 1988 et 1982. Le Cormoran à aigrettes y est aussi présent en bon nombre avec 740 couples notés en 1993, ce qui équivaut à près de 1 % de la population de l'Atlantique pour cette espèce. Le nombre de Grand Cormoran, bien que moindre, atteint presque lui aussi le seuil pour devenir significatif au niveau national avec une moyenne de 47 couples calculée à partir des quatre derniers inventaires qui ont été effectués entre 1982 et 1994.

Parmi les autres espèces qui nichent à ce site, mais en des proportions moins importantes, on note le Guillemot à miroir, le Plongeon catmarin, les Goélands argenté et marin ainsi que la Mouette tridactyle.

Enfin, il est à noter que le Guillemot de Brünnich n'a plus niché à ce site après 1962, année où deux couples avaient été recensés, et que les données recueillies en 1993 semblent démontrer que ce soit maintenant aussi le cas pour l'Océanite cul-blanc (aucun nid en 1993 comparativement aux 28 et 52 couples recensés en 1988 et 1982, respectivement).




IBA Criteria
EspèceT | A | I Liens Date Saison Nombre G C N
Eider à duvet 1978 SU 13 500
Goéland argenté 1978 SU 3 500
Goéland marin 1978 SU 1 500
Petit Pingouin 1977 - 2010 SU 1 180 - 16 547
Note: les espèces en gras dans ce tableau indiquent que le nombre maximum d'oiseaux à ce site excède au moins l'un des seuils de population (national, continental ou global). Il se peut que le site ne se qualifie pas à ce niveau de ZICO se nombre maximum correspondait à une observation exceptionnelle ou à une donnée historique.
 
Enjeux de conservation
Par le passé, la collecte des oeufs, le braconnage et le dérangement des oiseaux ont joué une grande part dans le déclin des colonies. Bien que ces activités constituent moins un problème maintenant, certaines menaces continuent toujours d'exister. Le site a été désigné Refuge d'oiseaux migrateurs et fait partie de la Zone d'intervention prioritaire de la côte nord du golfe du Saint-Laurent (ZIP no 12).

Le programme des ZICO est une initiative de conservation internationale coordonnée par BirdLife International. Les co-partenaires canadiens du programme des ZICO sont Études d'Oiseaux Canada et Nature Canada.
   © Études d'Oiseaux Canada