ZICO Baie des Loups
Natashquan, Québec
Résumé de Site
QC069 Latitude
Longitude
50,191° N
60,265° O
Altitude
Superficie
0 - 19 m
70,98 km²
Habitats:
forêt de conifères (tempérée), toundra, tourbière ombrotrophe, haute mer, falaise côtière ou littoral rocheux, falaise ou rivage rocheux (intérieur)
Usages:
Conservation de la nature et recherche
Menaces potencielles ou existantes:
dérangement des oiseaux, collecte d'oeufs, chasse, déversements d'hydrocarbures
Catégorie: significative au niveau continental: espèce(s) grégaire(s), concentrations d'oiseaux aquatiques ou marins coloniaux
Status de protection: Refuge d'oiseaux migrateurs (fédéral), Zone d'intervention prioritaire (Québec)
Accès réservé pour les coordonnateurs des ZICO
Nom d'usager: Mot de passe:

Accès


Site mobile


Description du site
La baie des Loups est située à l'est de la rivière La Romaine, près du détroit de Belle-Isle, dans la partie nord-est du golfe du Saint-Laurent. On retrouve le hameau de Baie-des-Loups non loin du site. Les limites de cette aire d'étude s'avèrent les mêmes que celles du Refuge d'oiseaux migrateurs de la baie des Loups. Le site compte treize îles et inclut la zone marine qui s'étend sur 1,5 km tout autour de l'archipel. La toundra et la taïga (pourvues de conifères rabougris) constituent les deux principaux habitats présents sur les îles, couvrant près de 85 % du territoire. Les affleurements rocheux et les étangs d'eau douce forment le reste du paysage.
Oiseaux
Au cours de la saison de nidification, la baie des Loups accueille une grande diversité d'oiseaux marins coloniaux. En 1993, année du dernier recensement, pas moins de 16 629 oiseaux adultes, toutes espèces confondues, ont été dénombrés à ce site. Cette population a déjà atteint 27 000 individus en 1967.

Le site abrite un nombre significatif au niveau mondial de Macareux moines, avec une moyenne de 5752 couples établie à partir des trois derniers recensements qui ont été menés en 1982, 1988 et 1993. Ce chiffre représente environ 1,5 % de la population nord-américaine, qui se retrouve seulement sur la côte de l'Atlantique. La population de macareux à cet endroit a toujours été à peu près stable avec une moyenne de 4927 couples calculée à partir des neuf plus récents inventaires qui ont été effectués entre 1950 et 1993. Le maximum atteint par cette espèce depuis le début des recensements en 1884 a été de 6917 couples établi en 1993. Il s'agit du second site en importance pour cette espèce dans le golfe du Saint-Laurent, après celui de la baie de Brador.

Le site a aussi déjà hébergé un nombre significatif au niveau mondial de Petits Pingouins, avec 11 000 oiseaux rapportés en 1965, ce qui s'avérait alors la plus grande colonie pour cette espèce. Malheureusement, la colonie n'a cessé de décliner au cours des années, passant à 2294 individus en 1972, puis à 241, en 1993. Le nombre de Guillemots de Troïl à cet endroit a aussi considérablement diminué à partir de 1972. Cette colonie qui a atteint un maximum de 2180 individus en 1950 ne comptait plus que quelques individus en 1993.

Aujourd'hui, l'Eider à duvet s'avère la deuxième espèce la plus commune à ce site, avec une population qui a toujours tourné régulièrement autour de 400 et 800 couples à partir des années 30 jusqu'aux années 90. Le Guillemot à miroir a lui aussi toujours été présent à ce site en proportion modérée. Le site accueille également quelques centaines de couples de Goélands marins et de Goélands argentés.

Le Grand Cormoran et le Cormoran à aigrettes ont aussi déjà niché à cet endroit, mais ont cessé de le faire à partir de 1962 et de 1977, respectivement. Quant à l'Océanite cul-blanc, il fut aperçu pour la première fois en 1972, et un peu plus d'une centaine de couples furent rapportés au cours des deux derniers recensements. Un petit nombre de Plongeons catmarins, de sternes et de Goélands à bec cerclé utilisent également le site durant la période de nidification. Il est à noter que les 87 Plongeons catmarins qui ont été dénombrés au cours de l'été de 1981 s'avèrent une observation remarquable puisque cette espèce est habituellement rapportée en nombre beaucoup moins important.




IBA Criteria
EspèceT | A | I Liens Date Saison Nombre G C N
Grand Cormoran 1976 SU 250
Macareux moine 1982 - 1993 SU 9 030 - 13 834
Petit Pingouin 1955 - 2010 SU 1 000 - 11 000
Note: les espèces en gras dans ce tableau indiquent que le nombre maximum d'oiseaux à ce site excède au moins l'un des seuils de population (national, continental ou global). Il se peut que le site ne se qualifie pas à ce niveau de ZICO se nombre maximum correspondait à une observation exceptionnelle ou à une donnée historique.
 
Enjeux de conservation
La chasse excessive ou illégale et le dérangement des oiseaux en général constituent les principales menaces qui pèsent sur les oiseaux qui fréquentent ce site, et il est possible que ces raisons expliquent pourquoi la population du Petit Pingouin a décliné aussi rapidement. Les déversements d'hydrocarbures sont également un facteur à considérer étant donné le nombre important de navires qui utilisent la voie maritime du Saint-Laurent.

Le programme des ZICO est une initiative de conservation internationale coordonnée par BirdLife International. Les co-partenaires canadiens du programme des ZICO sont Études d'Oiseaux Canada et Nature Canada.
   © Études d'Oiseaux Canada