ZICO Watshishou
Natasquan, Québec
Résumé de Site
QC072 Latitude
Longitude
50,251° N
62,468° O
Altitude
Superficie
0 - 20 m
185,91 km²
Habitats:
haute mer, falaise ou rivage rocheux (intérieur)
Usages:
Conservation de la nature et recherche, Loisir et tourisme, Terrain urbain, industriel ou servant au transport
Menaces potencielles ou existantes:
chasse, déversements d'hydrocarbures
Catégorie: significative au niveau continental: espèce(s) grégaire(s)
Status de protection: Plan de conservation des ZICO terminé ou en progrès, Refuge d'oiseaux migrateurs (fédéral), Parc national
Accès réservé pour les coordonnateurs des ZICO
Nom d'usager: Mot de passe:

Accès


Site mobile


Description du site
Le Refuge d'oiseaux migrateurs de Watshishou est situé à environ 40 km à l'ouest de Natashquan, une petite localité qui se trouve sur la rive nord du golfe du Saint-Laurent. Le refuge s'étend sur 23,3 km le long de la côte et se retrouve en partie à l'intérieur des limites de la Réserve de parc national de l'Archipel-de-Mingan. Près de 90 % du refuge est marin, le reste consistant en îles, îlots et affleurements rocheux. La distance que le site couvre vers le large varie en fonction de la ligne tracée par le littoral : dans la section la plus à l'est, elle équivaut à 4,5 km, alors dans la section la plus à l'ouest, elle n'en atteint que 3.
Oiseaux
Le Refuge d'oiseaux migrateurs de Watshishou héberge un grand nombre d'Eiders à duvet nicheurs. En 1993, la population était en effet estimée à 4444 individus, ce qui correspond à environ 2,8 % de la population estimée de l'Atlantique (s.e. dresseri). Suivant la même méthode qu'en 1993, un autre recensement a été effectué en 1998, ce qui a permis d'obtenir un résultat préliminaire de 4744 individus. Il est à noter qu'un inventaire avait aussi déjà été effectué à ce site en 1988, permettant alors de dénombrer 2074 oiseaux. Durant l'hiver, le refuge abrite aussi un nombre impressionnant d'Eiders à duvet provenant des côtes du Labrador et de la baie d'Ungava.

En plus des eiders, le site accueille un bon nombre de sternes, de goélands et de cormorans nicheurs. Les colonies de sternes, qui comprennent à la fois des Sternes arctiques et pierregarins, ont été recensées régulièrement depuis la création du refuge en 1925. Au cours des 35 dernières années, on a ainsi pu constater que leur nombre avait fluctué de façon considérable, passant de 1500 oiseaux en 1965 à 350, en 1970, à 680, en 1982, à 890, en 1988 et enfin, à 260, en 1993. Quant aux goélands, on a pu observer une augmentation de la population de Goélands argentés (207 individus en 1988 contre 964, en 1993), alors que celle de Goélands marins est restée à peu près stable (365 individus en 1988 et 338, en 1993). Pour sa part, le Cormoran à aigrettes a vu sa population croître de façon significative entre 1988 et 1993, passant de 282 oiseaux à 714, puis à 526 couples en 2000.

Le Guillemot à miroir (15 oiseaux en 1988 et 13, en 1993) et le Goéland à bec cerclé (18 oiseaux en 1988) comptent aussi parmi les espèces qui sont observées à ce site durant la saison de nidification. L'Arlequin plongeur (une espèce en danger de disparition au niveau national) y est aussi aperçu régulièrement lors de cette période, et il est possible qu'il niche le long des rivières adjacentes au site, sur la côte nord.

Enfin, durant les migrations, le refuge est également fréquenté par plusieurs espèces de plongeons et de canards parmi lesquelles on retrouve les Plongeons catmarin et huard, le Canard noir, le Harle huppé ainsi que les Macreuses brune, à front blanc et noire.




IBA Criteria
EspèceT | A | I Liens Date Saison Nombre G C N
Eider à duvet 2005 - 2010 SU 11 024 - 12 958
Note: les espèces en gras dans ce tableau indiquent que le nombre maximum d'oiseaux à ce site excède au moins l'un des seuils de population (national, continental ou global). Il se peut que le site ne se qualifie pas à ce niveau de ZICO se nombre maximum correspondait à une observation exceptionnelle ou à une donnée historique.
 
Enjeux de conservation
Même si le refuge est bien protégé en raison de sa situation à l'intérieur des limites d'un parc national, la collecte illégale des oeufs et le braconnage de la sauvagine demeurent des menaces constantes. De plus, comme c'est le cas de bien d'autres sites situés le long du golfe du Saint-Laurent, il est toujours à craindre qu'un déversement d'hydrocarbures se produise. Ces déversements, que ce soit des rejets illégaux à petite échelle ou des déversements accidentels plus importants, peuvent en effet tuer un grand nombre d'oiseaux aquatiques ainsi que d'autres formes de vie marine.

Le programme des ZICO est une initiative de conservation internationale coordonnée par BirdLife International. Les co-partenaires canadiens du programme des ZICO sont Études d'Oiseaux Canada et Nature Canada.
   © Études d'Oiseaux Canada